DEMARCHE

Laurine Arcel, Céline Koenig et Émilie Souillot se rencontrent en 2014 au Département Chanson de l’Ecole Nationale de Musique de Villeurbanne.

Elles se découvrent vite un intérêt commun pour les chats en déroute, le camping sauvage, le Golden Record et la lévitation (par beau temps). Cette sensation partagée de venir d’ailleurs les conduira naturellement à créer des personnages de chanteuses polyglottes, réincarnations charnelles des étoiles Altaïr, Deneb et Véga – bien connues des astronomes comme le Triangle d’Eté, très visible de juin à septembre.

Ainsi nait le Trio Cosmos. Les premières expériences de concert dans des lieux intimistes – café-concerts, jardins, métro, petits théâtres – confirment le choix drastique du chant a cappella. Vecteur d’émotions brutes, pronfondément humaines, il donne aux interprètes la liberté de s’affranchir avec jubilation de tout cloisonnement entre les genres, les langues et les styles. L’essentiel est de créer un lien intime et singulier avec l’auditoire, quel que soit le lieu de représentation.

A partir de 2017, le Trio Cosmos oriente sa recherche vers des formes de concert théâtralisés. L’espace vide du plateau ouvre de nouveaux horizons et pistes de recherche (scénographie, sonorisation, jeu). Conduite par Olivier Defaÿsse, la mise en scène est centrée sur le rapport interprètes/spectateurs. Elle se construit parallèlement à la création musicale, dans des allers-retours entre écriture et plateau, intégrant chorégraphies, jeu, percussions corporelles et interactions avec l’auditoire. Chaque chant est interprété comme un tableau, voire une saynète, révélant autant sa musicalité que les personnalités joueuses et sensibles des chanteuses.

Le répertoire, en constante évolution, est le fruit de sources multiples, de recherches et d’improvisations, sans préjugé formel. Les arrangements pour trois voix et percussions corporelles sont principalement inspirés de chants du monde traditionnels (monodiques ou polyphoniques), mais aussi de compositeurs de musique savante (Purcell, Brahms, Saint-Saëns, Cage), ou encore de chansons.

Cette mosaïque d’influences consolide une réjouissante cohérence centrée sur le jeu, le chant et l’émotion.